Publié le

La permaculture

La permaculture est une véritable éthique ou philosophie basée sur la prise en compte de la nature, de l‘être humain et du partage équitable au sein de la société.

Elle est un art, une science de conception de cultures, de lieux de vie, et de systèmes agricoles humains utilisant des principes d’écologie et le savoir des sociétés traditionnelles pour reproduire la diversité, la stabilité et la résilience des écosystèmes naturels.

 

Au milieu des années 70, ce sont deux australiens: Bill Mollisson et David Holmgren qui développent ce concept de « permaculture » pour agriculture permanente puis plus tard de culture permanente tant l’aspect social et éthique leur semblait essentiel pour qu’un système soit durable.

Les idées générale de l’usage du territoire et des pratiques agricoles furent reprisent dans les grandes lignes au japonais Masanoba Fukuoka (1913 – 2008) mondialement connu pour son ouvrage « La révolution d’un seul brin de paille » 1975.

La nouveauté qu’ils apportent est le travail de mise en place de ce territoire: le design, système mimant un écosystème naturel.

 

Les principes éthiques sont des mécanismes issus d’une évolution culturelle, qui tempèrent nos égoïsmes instinctifs et nous permettent de mieux comprendre les conséquences bonnes ou mauvaises de nos actes.

Plus l’humanité sera puissante, et plus l’éthique sera primordiale pour assurer notre survie biologique et culturelle à long terme.

La permaculture est bien plus qu’une méthode de culture. C’est une démarche globale qui s’appuie sur une éthique reposant sur trois piliers: prendre soin de la Terre, prendre soin des humains, partager équitablement les ressources et les récoltes. Ces principes s’appliquent aussi bien au jardin que dans la vie sociale. Cette démarche vise l’agriculture, mais aussi l’habitat, l’énergie, et plus largement les relations que nous entretenons avec la nature. Ce qui caractérise l’approche permaculturelle c’est l’attention portée aux connexions entre les différents éléments. Le monde est vu comme un système où tout est lié, et c’est la compréhension de ces liens qui va permettre de concevoir des modèles agricoles et des lieux de vie écologiquement soutenables. De même qu’au jardin, on va organiser l’espace en tenant compte des associations entre les plantes, de leur interaction avec le climat, le relief, les animaux, les bâtiments, de même on va s’intéresser aux liens qui unissent les humains, à leur façon de communiquer, d’utiliser les ressources naturelles, afin de créer un modèle de société qui leur permette de s’épanouir en répondant à leurs besoins fondamentaux sans compromettre la vie sur terre.